Le marché photovoltaïque est dominé par des modules créés à partir de cellules solaires à silicium mono-jonction, avec des rendements compris entre 17% et 22%. Les communs efforts entre l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), le Centre Suisse d’Electronique et de Microtechnique (CSEM) et le National Renewable Energy Laboratory (NREL) ont entraîné le développement d’une nouvelle cellule photovoltaïque à base de silicium avec des rendements records. Les cellules solaires multi-jonctions combinent le silicium avec une cellule qui absorbe la lumière bleue du soleil plus efficacement. Les chercheurs ont atteint des rendements de 32,8% pour des cellules à double jonction et 35,9% pour celles à triple jonction, surpassant ainsi leur record de 29,8%.

Economique et très efficace

Ces réalisations, publiées dans le journal scientifique Nature Energy, contribueront à rendre l’énergie solaire plus accessible, comme l’évoque Christophe Ballif, directeur du centre PV du CSEM et du Laboratoire de photovoltaïque de l’EPFL, dans un communiqué de presse, « Ces records prouvent que l’association de silicium cristallin et d’autres matériaux ouvre la voie pour améliorer le ratio entre coût et le rendement de l’énergie solaire ». Le CSEM travaille activement pour une cellule solaire efficace et rentable et teste actuellement de nouveaux matériaux afin d'optimiser le rapport coût / efficacité de l'énergie solaire. Il est également impliqué dans CHEOPS, un projet de recherche européen visant à développer des cellules photovoltaïques peu coûteuses et extrêmement efficaces basées sur la technologie de la pérovskite.