L'EPFL et l'ETH Zurich se classent respectivement 5e et 8e dans le classement Coinbase 2019 Leaders in Crypto Education.

La plateforme d’échange de devises numériques Coinbase a publié la deuxième édition de son rapport Leaders in Crypto Education, qui comprend un classement des 50 meilleures universités du monde pour suivre des cours sur les cryptomonnaies et sur la technologie blockchain. L'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) se classe au 5e rang mondial et au 1er rang européen. Seules deux autres universités européennes figurent dans le top 10 : l’EPFZ (8e) et Université de Copenhague (9e). Le classement est dominé par les universités américaines, avec l'Université Cornell sur la plus haute marche du podium. Selon Coinbase, les 10 premières écoles du classement ont en commun « un engagement profond envers la crypto et la blockchain, tant au niveau des étudiants qu'à celui des professeurs. »

Une discipline transversale qui suscite de plus en plus d'intérêt de la part des étudiants

Pour évaluer le paysage actuel des cryptomonnaies dans l'enseignement supérieur, Coinbase a passé en revue les programmes des 50 meilleures universités mondiales selon le classement établi par U.S. News and World Report. Il a compté le nombre de cours de crypto et de blockchain enseignés en 2019 et a combiné cette statistique avec d'autres critères pondérés, y compris les citations sur la base des données de Google Scholar. Le rapport fournit également des résultats intéressants sur le nombre de cours axés sur la blockchain, les cryptomonnaies ou le bitcoin qui sont enseignés dans le cadre d’autres disciplines, ainsi que sur l’intérêt des étudiants envers la crypto. 56 % des 50 premières universités au monde proposent aujourd'hui au moins un cours en cryptomonnaies ou blockchain, contre 42 % en 2018. Près de 70 % des cours de crypto et de blockchain se donnent dans des départements autres que l'informatique, notamment le droit, les sciences humaines et l’économie. 34 % des étudiants interrogés ont exprimé leur intérêt à suivre un cours sur la crypto ou la blockchain, contre seulement 28 % l'an dernier. Et deux fois plus (18%) ont déclaré avoir suivi un cours de crypto ou de blockchain qu'en 2018.