L'Université de Berne et l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne ont été élues membres de la prestigieuse Universities Space Research Association, une organisation à but non lucratif créée pour promouvoir la science, la technologie et l'ingénierie dans le domaine spatial.

L'Université de Berne et l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont été sélectionnées pour rejoindre les rangs des meilleures universités au monde dans le domaine de la recherche spatiale. La nouvelle a été annoncée le 29 mars 2018 dans le cadre de la réunion annuelle de la Universities Space Research Association (USRA) à Washington, D.C. Pour devenir membres de l’USRA, les universités doivent remplir des critères de sélection rigoureux : elles doivent offrir des programmes de doctorat et posséder un savoir-faire reconnu dans les domaines des sciences spatiales ou de l'ingénierie aérospatiale.

Des acteurs clés de la recherche spatiale internationale

L’Université de Berne a développé de nombreux dispositifs de pointe pour les missions planétaires européennes vers Mars et Jupiter, ainsi que pour la mission Rosetta. Son Institut d'astronomie est réputé pour ses observations astrométriques d'astéroïdes, comètes et restes de supernova, tandis que le Centre dédié à l’Espace et à l’Habitabilité est connu pour ses études interdisciplinaires sur la définition de la vie et notre recherche de la vie dans l'univers.

En tant que siège du Swiss Space Center, l’EPFL soutient d'autres institutions académiques, des entreprises et des centres de recherche actifs dans le domaine spatial. Il participe à un grand nombre de missions spatiales et supervise la mise en œuvre de la politique spatiale suisse. Le corps professoral de l'EPFL comprend Claude Nicollier, un astronaute suisse qui a participé à quatre missions spatiales américaines, notamment la première et troisième mission de maintenance du télescope spatial Hubble.

Avec l’Université de Berne et l’EPFL, l’USRA compte maintenant 110 membres. Fondée en 1969 sous les auspices de l'Académie nationale des sciences à la demande du gouvernement des États-Unis, l'association s’appuie sur des talents internes et sur son réseau universitaire pour faire progresser la science et la technologie spatiales.