Retour aux actualités

La fondation Geneva Science and Diplomacy Anticipator se penche sur l’impact des prochaines grandes percées scientifiques

lundi 4 janvier 2021

Fondée en 2019, la mission de la fondation Geneva Science and Diplomacy Anticipator est d'identifier les innovations scientifiques de demain et d'anticiper leur impact sur nos sociétés en les intégrant dans l'écosystème international de Genève.

Le Geneva Science and Diplomacy Anticipator (GESDA) a révélé une liste de 68 scientifiques de premier plan avec lesquels il a collaboré pour produire les 10 premiers rapports approfondis sur des sujets allant de l'intelligence artificielle avancée, de la manipulation du génome, de la décarbonisation à la diplomatie informatique.

Fondé par la Confédération suisse, le canton et la ville de Genève, GESDA a pour objectif de rapprocher la science et la diplomatie tout en positionnant Genève comme une plaque tournante du multilatéralisme scientifique.

Au cours de la dernière année, les scientifiques du GESDA ont mené des recherches de pointe dans quatre domaines clés : la révolution quantique et l'IA avancée, l'augmentation humaine, l'éco-régénération et la géo-ingénierie, et la science et la diplomatie.

En réunissant différentes communautés, GESDA vise à « anticiper les progrès des travaux scientifiques de pointe » effectués dans les laboratoires du monde entier « et à développer autour d'eux de nouvelles initiatives, projets et solutions pour l'humanité », explique Peter Brabeck-Letmathe, membre du conseil d'administration de GESDA et ancien CEO de Nestlé.

La rencontre entre science et diplomatie

Installée au Campus Biotech, GESDA a publié 10 « rapports d'anticipation approfondis » et toute son attention sera portée sur ce que la fondation et ses membres feront des informations qu'ils ont recueillies.

L'objectif de l'organisation est d'établir une compréhension commune de ce que la science et les technologies de pointe peuvent offrir, puis de développer des idées de nouvelles solutions, initiatives ou organismes mondiaux pour encadrer la manière dont ces progrès scientifiques pourraient aider à relever les défis de l’humanité.

Il est ensuite prévu de créer des groupes de travail spécialisés qui façonneront ces solutions au cours de l'année 2021. Celles-ci pourraient prendre la forme de projets de développement individuels, de gouvernance, de nouvelles conventions ou de l’établissement de nouvelles normes liées à la science.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Whatsapp Partager sur LinkedIn Partager par mail
Retour aux actualités

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Plus d'informations.