Retour aux actualités

Des traitements contre le cancer dans la « matière noire » du génome humain

mardi 11 octobre 2022

Des chercheurs bernois ont montré que l'inhibition de cibles identifiées pouvait fortement ralentir la croissance du cancer, et leur méthode est applicable à d'autres types de cancer. | © UniBe

Des chercheurs de l’Université de Berne et de l’Inselspital ont mis au point une méthode de criblage permettant de découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques pour le traitement du cancer dans la « matière noire » du génome.

En Suisse, le cancer est la deuxième cause de décès. Parmi les différents types de cancers, le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) est celui qui tue le plus de patients et reste en grande partie incurable.

Malheureusement, même les thérapies récemment approuvées ne peuvent prolonger la vie des patients que de quelques mois et rares sont ceux qui survivent au stade métastatique à long terme, ce qui fait que les nouveaux traitements anticancéreux qui s'attaquent à la maladie de manière novatrice sont très recherchés.

Dans une étude récemment publiée dans le journal Cell Genomics, des chercheurs de l'Université de Berne et de l'Inselspital ont déterminé de nouvelles cibles pour le développement de médicaments pour ce type de cancer.

Pour trouver de nouvelles cibles, ils se sont penchés sur une classe de gènes mal comprise, les "longs ARN non codants (acides ribonucléiques)" (lncRNA). Les lncRNA existent en abondance dans ce qu'on appelle la « matière noire », ou l'ADN non codant, pour les protéines qui constitue la grande majorité de notre génome.

Comme le nom de longs ARN non codants l'indique, contrairement aux ARN messagers (ARNm), ils ne codent pas les plans de construction des protéines. Comme pour les ARNm, les instructions de construction des lncRNA sont contenues dans l'ADN de la cellule.

Pour étudier le rôle des lncRNA dans le CPNPC, les chercheurs ont commencé par analyser des ensembles de données accessibles au public pour voir quels lncRNA sont présents dans le CPNPC.

Développement de thérapies et application à d'autres types de tumeurs

Les chercheurs bernois ont appliqué leur système de dépistage à deux lignées cellulaires de cancer du poumon non à petites cellules dérivées de patients et ont examiné comment l'inhibition des lncRNA sélectionnés affectait ce qui est appelé les « caractéristiques » des cellules cancéreuses. Ces marques sont des comportements cellulaires qui contribuent à la progression de la maladie : la prolifération, la formation de métastases et la résistance aux traitements.

« L'avantage d'évaluer trois caractéristiques différentes du cancer est que nous disposons d'une vue d'ensemble, mais aussi de quantités substantielles de données provenant de différentes expériences, à partir desquelles nous devions extraire une liste unique de RNAS non codants longs qui sont importants pour le cancer du poumon non à petites cellules », a déclaré Rory Johnson, Professeur Adjoint à l'Université de Berne, qui a dirigé le projet financé par le NCCR RNA & Disease.

Les chercheurs poursuivent leurs recherches sur des modèles précliniques de cancer et envisagent de collaborer avec des entreprises existantes ou de créer une start-up afin de développer une thérapie pour les patients.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Whatsapp Partager sur LinkedIn Partager par mail
Retour aux actualités

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Plus d'informations.