Retour aux actualités

L’EPFL dévoile un plastique semblable au PET fabriqué à partir de biomasse

lundi 18 juillet 2022

Une « feuille » imprimée en 3D et fabriquée avec le nouveau bioplastique. Solide, résistant à la chaleur et étanche aux gaz comme l'oxygène, il est un candidat prometteur pour les emballages alimentaires. | © EPFL - Alain Herzog

Des scientifiques de l’EPFL ont mis au point un nouveau plastique semblable au PET qui est facilement fabriqué à partir de matière végétale non comestibles.

Pour s'affranchir des combustibles fossiles et éviter l'accumulation de plastiques dans l'environnement, des efforts considérables sont déployés pour mettre au point des polymères dégradables ou recyclables fabriqués à partir de matières végétales non comestibles, communément dénommées « biomasse lignocellulosique ».

La fabrication de plastiques à base de biomasse à des tarifs compétitifs n'est cependant pas simple. Ce n'est pas pour rien que les plastiques conventionnels sont si répandus, car ils combinent faible coût, stabilité thermique, résistance mécanique, facilité de traitement et compatibilité, des caractéristiques que tout plastique de remplacement doit égaler, voire dépasser.

Aujourd'hui, des scientifiques de la Faculté des Sciences de base de l'EPFL ont réussi à développer un plastique dérivé de la biomasse, similaire au PET, qui répond aux critères de substitution de plusieurs plastiques actuels tout en étant plus respectueux de l'environnement.

« Nous cuisons simplement le bois ou d’autres matières végétales non comestibles, comme les déchets agricoles, dans des produits chimiques économiques pour fabriquer le plastique précurseur en une étape », explique Jeremy Luterbacher. « En gardant intacte la structure du sucre dans la structure moléculaire finale du plastique, la chimie est beaucoup plus simple que les alternatives actuelles qui impliquent de nombreuses modifications. »

Une alternative prometteuse pour les emballages alimentaires

Les propriétés bien équilibrées de ces plastiques pourraient permettre de les utiliser dans des applications allant de l’emballage ou le textile aux médicaments en passant par des composants de pièces électroniques. Les chercheuses et chercheurs ont déjà fabriqué des films d’emballage, des fibres qui pourraient être filées en vêtements ou autres textiles, et des filaments pour l’impression 3D.

« Ce type de plastique possède des propriétés très intéressantes, notamment pour des applications comme l’emballage alimentaire », affirme Jeremy Luterbacher. « Ce qui le rend unique c’est la présence de la structure intacte du sucre. Il est ainsi très facile à fabriquer car vous n’avez pas à modifier ce que vous donne la nature, et simple à dégrader car il peut redevenir une molécule qui existe déjà en abondance dans la nature. »

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Whatsapp Partager sur LinkedIn Partager par mail
Retour aux actualités

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Plus d'informations.