Artiria Medical, une spin-off de l'EPFL et une start-up dans le domaine neurovasculaire, a clôturé un tour de financement de série A de 3 millions de francs suisses pour permettre à son premier produit d'obtenir la validation clinique et l'approbation réglementaire.

15 millions de personnes sont victimes d'une attaque cérébrale chaque année. Cette pathologie cérébrale entraîne souvent des handicaps graves et la mort. Actuellement, les soins de base sont axés sur une approche minimalement invasive, utilisant les artères des patients comme voie d'accès pour atteindre le cerveau en douceur, afin d'administrer localement des traitements vitaux. Cependant, cette procédure peut être très difficile, car la navigation se fait dans un réseau dense de minuscules artères cérébrales.

Partant de ce constat, Artiria Medical a développé un système qui permet aux neurochirurgiens de naviguer rapidement et en toute sécurité dans les artères cérébrales grâce à un instrument doté d'une tête microrobotique. Les deux fondateurs, Guillaume Petit-Pierre et Marc Boers, ont développé une microtechnologie robotique, une sorte de cathéter de guidage d'un diamètre de 0,3 millimètre, qui peut se déplacer dans les artères de manière plus efficace et plus sûre que les technologies actuelles.

Le tour d'investissement de 3 millions de francs suisses a été mené par 4FO Venture Partners, et rejoint par investiere, la Banque Cantonale de Zurich (ZKB), le fonds de pension NEST, Venture Kick et des business angels. « Nous sommes heureux d'avoir des investisseurs qui partagent notre vision et un conseil d'administration doté d'une grande expertise en matière de dispositifs médicaux pour nous aider à la concrétiser », déclare Marc Boers, Fondateur et COO d'Artiria.

Artiria Medical est actuellement installée à l'EPFL Innovation Park à Lausanne (canton de Vaud), et la commercialisation de son dispositif est prévue pour 2021.