Retour aux actualités

« La Suisse nous sert de cheval de Troie pour atteindre d’autres marchés »

mardi 21 juin 2022

La société française Visiativ, spécialisée dans la création de plateformes numériques pour les entreprises, s’est installée en Suisse en 2008. Son PDG, Laurent Fiard, revient sur ce choix et nous confie sa vision de l’entreprise lors d’une conversation avec notre Directeur France Thierry Baglan.

Bonjour Laurent ! Peux-tu présenter Visiativ en quelques mots ?

Bonjour Thierry, bien sûr. Visiativ, que j’ai co-fondée en 1987 et que j’ai le plaisir de diriger depuis 25 ans, a pour mission d’accélérer l’innovation et la transformation digitale des PME et des ETI. Notre offre s'articule autour de trois axes majeurs : l’expérience client, l’expérience collaborateur et l’expérience produit. Plus de 21'000 entreprises, majoritairement industrielles, nous font confiance pour la digitalisation de leurs process. Nous sommes aujourd’hui 1200 collaborateurs et réalisons 214 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont pas loin de 30 % à l’international. En effet, notre siège social est en France, près de Lyon, et nous sommes présents dans une dizaine de pays, y compris en Suisse.

Visiativ s’est implantée en Suisse il y a 14 ans : qu’est ce qui a motivé ce choix, et comment es-tu arrivé sur le canton de Berne ?

Plusieurs facteurs ont été décisifs : la proximité de la Suisse romande avec Lyon ; la présence d’un bassin de clients très intéressants pour nous, principalement dans l’horlogerie ; ainsi que le rôle de la Suisse comme tremplin pour étendre nos affaires en Europe. Lorsque l’opportunité d’acquérir une société basée à La Neuveville, dans la partie francophone du canton de Berne, s’est présentée, nous n’avons eu aucune hésitation. Grâce à cette première implantation internationale, nous avons pu développer en parallèle le marché suisse et le marché international. Pour résumer nos activités en Suisse en quelques chiffres : nous avons aujourd’hui trois agences (La Neuveville, Pratteln et Frauenfeld), 36 collaborateurs, 1600 clients et un chiffre d’affaires de 14 millions de francs suisses, ce qui représente 7 % du chiffre d’affaires du groupe.

Est-ce que tu as bénéficié du soutien de la promotion économique au départ ?

Oui, et j’en garde un souvenir très positif. Au-delà d’être humainement sympathiques, les représentants de la Promotion économique du canton de Berne nous ont accompagnés avec compétence en matière d’innovation et de recrutement. Grâce à leur aide précieuse, nous avons notamment pu financer le développement de SolidWatch, un panel d’outils de conception 3D dédié aux métiers de l’horlogerie, intégré à l’environnement SOLIDWORKS.

Quels sont les objectifs à long terme de Visiativ ? Et est-ce que tu penses que la Suisse pourra vous aider à les concrétiser ?

Nous avons pour objectif d’intensifier notre développement à l’étranger. Comme toute entreprise, nous sommes toujours à la recherche de nouveaux clients. La Suisse, à la fois marché de proximité et plateforme d’internationalisation, nous permet de valider notre capacité à nous déployer à l’international. On se sert notamment de notre présence en Suisse alémanique pour conquérir et renforcer le marché allemand, où nous avons actuellement une petite activité. La Suisse est, en quelque sorte, un cheval de Troie pour se connecter à d’autres marchés.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Whatsapp Partager sur LinkedIn Partager par mail
Retour aux actualités

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Plus d'informations.