Interview d’Iris Gaudras, directrice grands comptes et responsable blockchain au GGBa

Le Greater Geneva Bern area (GGBa) est l’agence de promotion économique de Suisse occidentale, regroupant les cantons de Berne, Fribourg, Vaud, Neuchâtel, Genève et Valais. Sa mission est de soutenir les entreprises étrangères afin qu’elles puissent s’établir et développer leurs activités dans la région aussi rapidement et facilement que possible.

Quelle importance le GGBa accorde-t-il aux technologies blockchain?
La technologie blockchain se développe de plus en plus en Suisse. Si le pays a été qualifié de Crypto-Nation, nous considérons au GGBa que notre région a tous les atouts pour se positionner au cœur de cet écosystème. Des centaines d’emplois se créent en Suisse autour de la blockchain et la Suisse occidentale profite pleinement de l’essor de cette nouvelle industrie. Nous avons une forte densité d’entreprises actives dans la blockchain, que ce soit des start-up ou des sociétés déjà bien établies. Nous offrons un environnement très favorable aux ICO et nous travaillons sur une meilleure offre bancaire - point critique au développement des sociétés, qui souhaitent lever des fonds via l’émission de tokens. Nous avons d’excellents avocats et conseillers, qui comprennent l’industrie blockchain et ses enjeux. Enfin, de l’EPFL au Blockchain Lab de la HES-SO en Valais, des CAS (Certificate of Advanced Studies) proposés par les Universités de Berne et de Genève, ainsi que par l’Ecole CREA, notre offre de formations académiques et de centres de recherche s’étoffe. En tant qu’organe de promotion économique de la Suisse occidentale, le GGBa s’intéresse au potentiel de ce secteur et s’attelle à renforcer le positionnement de la région comme destination de projets blockchain innovants et créateurs de valeur. C’est dans cette optique que nous avons organisé en septembre la conférence «(R)évolution Blockchain en Suisse occidentale?» à Crans-Montana.

Quels sont les exemples d’entreprises liées à la blockchain pour lesquelles vous avez facilité l’implantation en Suisse?
Nous accompagnons en ce moment beaucoup d’entreprises actives dans la blockchain, dont nous ne pouvons malheureusement pas encore communiquer le nom. On peut citer la société française de gestions d’actifs Trecento, qui a choisi Genève pour y implanter sa filiale spécialisée dans la blockchain et lancer son ICO.

Quels sont les clusters leaders dans la blockchain dans le monde et où se positionne la Suisse?
La technologie blockchain est utilisée partout dans le monde. Il n’y a pas à proprement parler de clusters leaders dans ce secteur, mais il y a des pays qui offrent un cadre de soutien à l’innovation très favorable pour l’essor de sociétés dans ce secteur (ex. la France, les Etats-Unis, Israël, Singapour). Et puis il y a des pays qui sont à la fois propices à l’innovation et offrent un cadre réglementaire, juridique et fiscal favorable au développement de sociétés qui lancent des ICOs. Parmi ces pays, la Suisse figure dans la tête du classement.

Vous êtes impliqués dans le prochain Blockchain Leadership Summit (BLS) fin novembre à Bâle.
Oui, nous nous réjouissons de participer à cet événement. Nous avons jusqu’à présent encore peu communiqué sur la blockchain, car nous nous concentrons sur l’approche directe de sociétés via notre réseau de représentants, qui portent les couleurs de la Suisse occidentale à travers le monde. C’est notre mode d’opération quels que soient les secteurs que nous promouvons. Mais face à l’insuffisante notoriété de l’écosystème blockchain de la Suisse occidentale, nous avons décidé d’utiliser des tremplins comme le Blockchain Leadership Summit pour donner plus de visibilité internationale à notre dynamique région.

 

Cet article a été publié dans L'Agefi du mardi 16 octobre 2018