Retour aux actualités

L’EPFL développe un hydrogel qui répare les tissus humains déchirés

mercredi 26 mai 2021

Peyman Karami (à droite) a développé un gel qui répare les déchirures des tissus humains dans le Laboratoire de Biomécanique en Orthopédie de Dominique Pioletti (à droite). | © Alain Herzog – EPFL

Des scientifiques de l’EPFL ont mis au point un gel injectable qui peut se fixer sur différents types de tissus internes mous et réparer les déchirures résultant d’un accident ou d’un traumatisme.

Les tissus mous humains peuvent être déchirés lors d'un accident de ski, d'un accident de voiture ou d'un accident domestique, par exemple. Et les chirurgiens peuvent avoir du mal à recoller les tissus, car les points de suture font souvent plus de mal que de bien, ne permettant généralement pas aux tissus réparés de guérir correctement. 

Des chercheurs du monde entier tentent depuis des années de mettre au point un adhésif pour les tissus mous capable de résister aux contraintes et aux sollicitations naturelles du corps humain.

Une équipe du Laboratoire de Biomécanique Orthopédique (LBO) de la Faculté des Sciences et Techniques de l'Ingénieur de l'EPFL a mis au point une nouvelle famille de biomatériaux injectables qui peuvent se lier à diverses formes de tissus mous. Leurs bioadhésifs, sous forme de gel, peuvent être utilisés dans diverses applications de traitement de lésions.

L'hydrogel produit à l'EPFL à Lausanne (canton de Vaud) est composé de 85% d'eau et présente deux avantages essentiels : il peut être injecté partout dans le corps humain et il présente une forte adhérence intrinsèque sans traitement de surface supplémentaire.

« Ce qui rend notre hydrogel différent, c'est qu'il change de consistance tout en offrant une forte adhérence aux tissus mous », explique Peyman Karami, un postdoc qui a développé le gel pendant son doctorat. « Il est injecté sous forme liquide, mais se fige ensuite lorsqu'une source de lumière est appliquée, ce qui lui permet d'adhérer aux tissus environnants. »

Un hydrogel polyvalent aux nombreuses applications orthopédiques

L'hydrogel mis au point par les scientifiques fonctionne grâce à une conception entièrement nouvelle qui permet un contrôle indépendant de ses propriétés mécaniques et adhésives. Le résultat est un hydrogel polyvalent que les médecins peuvent utiliser comme colle pour les tissus mous dans tout le corps humain.

L’équipe du LBO a bénéficié d'une bourse Innosuisse pour étudier les applications orthopédiques potentielles en collaboration avec des chirurgiens du Centre Hospitalier Universitaire de Lausanne (CHUV). Ils espèrent pouvoir lancer leur hydrogel sur le marché dans les cinq prochaines années.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Whatsapp Partager sur LinkedIn Partager par mail
Retour aux actualités

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Plus d'informations.