Retour aux actualités

L’EPFL dévoile un drone à la queue et aux ailes amovibles inspiré par les rapaces

mercredi 18 novembre 2020

© EPFL / Alain Herzog

Les scientifiques du Laboratoire de systèmes intelligents de l’EPFL ont mis au point un drone dont l'aile et la queue en forme de plumes lui confèrent une agilité de vol sans précédent.

L'autour des palombes est un rapace rapide et puissant qui vole sans effort à travers les forêts. Cet oiseau a inspiré la conception du drone de nouvelle génération développé par les scientifiques du Laboratoire des systèmes intelligents de l'EPFL, basé à Lausanne dans le canton de Vaud et dirigé par le Prof. Dario Floreano.

« Cet oiseau joue conjointement avec la position de sa queue et de ses ailes s’il souhaite effectuer des changements rapides de direction lors de la chasse en forêt, d'un vol lors de la poursuite de proies en terrain découvert ou d'un vol plané efficace pour économiser son énergie », explique Enrico Ajanic, premier auteur de la recherche et doctorant dans le laboratoire de Dario Floreano.

La forme des ailes et de la queue de l'oiseau et son comportement en vol ont été minutieusement étudiés, et ces informations ont été utilisées pour développer un drone aux caractéristiques similaires.

« La conception et la fabrication des mécanismes se révèlent complexes. Nous avons amélioré les ailes afin qu’elles se rapprochent plus de celles du rapace. Maintenant que le drone comprend une queue à plumes qui se transforme en synergie avec les ailes, cette technologie offre au drone une agilité hors pair », explique Enrico Ajanic.

Ouverture sur l’intelligence artificielle

Le drone modifie la forme de son aile et de sa queue pour changer de direction plus rapidement, voler plus lentement sans tomber au sol et réduire la résistance de l'air lorsqu'il vole vite. Il utilise une hélice pour la poussée avant au lieu de battre des ailes car elle est plus efficace et rend le nouveau système d'aile et de queue applicable à d'autres drones et avions ailés.

Cependant, la conduite de l’appareil ne s’avère pas aisée en raison des multiples possibilités de positions entre les ailes et la queue. Pour tirer pleinement partir des capacités de vol du drone, l’équipe de Dario Floreano envisage d’intégrer l’intelligence artificielle au drone afin qu'il puisse voler de manière semi-automatique.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Whatsapp Partager sur LinkedIn Partager par mail
Retour aux actualités

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Plus d'informations.