Des chercheurs de l’EPFL et l’Université de Genève ont développé une nouvelle technologie d’imagerie médicale qui pourrait servir au diagnostic précoce d’Alzheimer.

Largement utilisée à partir des années 1990, l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) permet d’enregistrer les variations de flux sanguin dans le cerveau, mais ce processus n’est pas très précis. Grâce à un traitement informatique complexe des données, des chercheurs de l’EPFL et de l’Université de Genève (UNIGE) sont parvenus à améliorer cette technique et ont pu visualiser précisément les zones d’activation du cerveau sur une carte dynamique.

La recherche, soutenue par le Fonds National Suisse, la Fondation Bertarelli, et le Centre d’Imagerie Biomédicale (CIBM), a été publiée dans Nature Communications. Selon un communiqué de l’EPFL, elle donne de nouvelles clés pour comprendre comment le cerveau s’organise et ouvre ainsi la voie au diagnostic précoce de maladies neurologiques telles qu’Alzheimer. Car dans le cas d’Alzheimer, la dégradation de certains réseaux dans le cerveau a lieu avant même l’apparition de signes cliniques significatifs. La possibilité d’identifier de manière précoce les patients les plus susceptibles de développer cette maladie neurologique permettrait d’améliorer les traitements et la qualité de vie des malades.