Inauguré le 27 juin 2018 en présence de Jean-Nathanaël Karakash, conseiller d’Etat neuchâtelois en charge de l’économie et de l’action sociale et de Martin Vetterli, président de l’EPFL, le nouveau Centre pour muscles artificiels se consacrera dans un premier temps au développement d’un système d’assistance cardiaque moins invasif pour aider les cœurs en défaillance.

Suite à l'annonce de la donation de 12 millions de francs de la Fondation Werner Siemens en décembre dernier, le Centre pour muscles artificiels a été inauguré cette semaine sur le campus Microcity de l'EPFL à Neuchâtel. Trois projets sont déjà dans le pipeline. Le premier, planifié durant les quatre années à venir, se concentrera sur le développement d’un système d’assistance cardiaque moins invasif pour aider les cœurs en défaillance. L'objectif du deuxième projet est de mettre au point un sphincter artificiel à partir de cette même technologie, tandis que le troisième projet se penchera sur la reconstruction de la musculature faciale.

Une collaboration inter-universitaire

Pour développer la prothèse, les dix chercheurs du Laboratoire d’actionneurs intégrés (LAI) de l'EPFL travailleront en étroite collaboration avec le chirurgien cardiaque renommé Thierry Carrel, directeur et médecin-chef du Service universitaire de chirurgie cardio-vasculaire à l’Hôpital de l'Île à Berne. Le groupe de recherche du professeur Thierry Carrel auprès de l’ARTORG Center for Biomedical Engineering, ainsi que la section de chirurgie expérimentale du Department for BioMedical Engineering de l’Université de Berne apporteront également une contribution significative au projet.

Unique au monde

La nouvelle technologie sera moins invasive que les systèmes d'assistance cardiaque existants car elle n’interfère pas directement avec le flux sanguin, ni les cellules sanguines. L’anneau placé autour de l’aorte et commandé par un système d’induction magnétique permettra d’aider le cœur à pomper.