L'Institut des Maladies Infectieuses (IFIK) de l'Université de Berne est le premier laboratoire accrédité au monde à proposer le séquençage de nanopores pour l'identification de bactéries.

L'Institut des Maladies Infectieuses (IFIK) de l'Université de Berne est le premier laboratoire au monde à avoir reçu l'accréditation ISO/IEC 17025:2018 pour séquencer des fragments d'ADN spécifiques de cultures bactériennes en utilisant des dispositifs Oxford Nanopore Technologies dans un contexte de diagnostic médical. La nouvelle technologie de séquençage permet d'identifier taxonomiquement les pathogènes plus rapidement et à moindre coût. Le laboratoire de séquençage de l'IFIK a également obtenu la qualification de Fournisseur de Services Nanopore certifié, la première du genre en Suisse.

« C'est un grand honneur pour nous d'être le premier laboratoire au monde à avoir reçu l'accréditation pour séquencer des fragments d'ADN spécifiques à l'aide de dispositifs d'Oxford Nanopore Technologies. Cette reconnaissance place Berne en tant que centre d'excellence pour les sciences de la vie et de la santé et l'IFIK en tant que lieu où les innovations technologiques révolutionnaires se traduisent efficacement en applications de diagnostic médical », déclare le Dr Alban Ramette, chef du groupe Bioinformatique et Biostastistique de l'IFIK.

La bioinformatique au service des patients

La technologie de l'IFIK permet un séquençage rapide des fragments d'ADN. Comme les molécules sont séquencées individuellement, la présence de molécules d'origines différentes est facilement identifiée et traitée plus en détail en faisant correspondre les séquences individuelles à leurs séquences de référence les plus probables dans les bases de données bioinformatiques. Les patients bénéficieront de cette amélioration technologique, car des analyses rapides et approfondies des échantillons envoyés à l'IFIK à des fins de diagnostic clinique sont essentielles pour fournir rapidement les informations les plus précises aux médecins traitants.