Retour aux actualités

La spin-off de l’EPFL ClearSpace obtient un contrat de €86 millions avec l’Agence Spatiale Européenne

mardi 8 décembre 2020

© ClearSpace

L'ESA a signé un contrat de €86 millions avec une équipe industrielle dirigée par la start-up vaudoise ClearSpace pour l'achat d'un service unique : la première mission mondiale de retrait de débris spatiaux en orbite.

A l'issue d'un processus de sélection lancé par l'Agence spatiale européenne (ESA), une équipe industrielle dirigée par ClearSpace, une spin-off de l'EPFL, a été sélectionnée pour diriger le premier ramassage au monde d'un débris spatial en orbite. En conséquence, en 2025, la mission ClearSpace-1 aura pour mission de retrouver, récupérer et ramener un adaptateur de charge utile Vespa.

Aux €86 millions fournis par l'ESA s'ajouteront 24 millions d'euros supplémentaires que ClearSpace est en train de réunir auprès d'investisseurs commerciaux. Avec la signature de ce contrat, une étape critique pour l'établissement d'un nouveau secteur commercial dans le domaine spatial sera franchie. L'achat de la mission dans le cadre d'un contrat de service complet, plutôt que le développement d'un vaisseau spatial conçu par l'ESA pour une exploitation en interne, représente une nouvelle façon pour l'ESA de mener ses activités.

Une mission pionnière pour débarrasser l'orbite terrestre de débris

En près de 60 ans d'activités spatiales, plus de 5’550 décollages ont permis de suivre quelques 42’000 objets en orbite, dont environ 23’000 restent dans l'espace et sont régulièrement suivis. Avec les taux de lancement annuels d'aujourd'hui, qui s'élèvent en moyenne à près de 100, et avec les ruptures qui continuent de se produire à des taux historiques moyens de quatre à cinq par an, le nombre de débris d'objets dans l'espace augmente régulièrement.

Basée à Ecublens dans le canton de Vaud, ClearSpace dirigera la mission ClearSpace-1 et démontrera la capacité technique et commerciale à améliorer de manière significative la durabilité des vols spatiaux sur le long terme.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Whatsapp Partager sur LinkedIn Partager par mail
Retour aux actualités

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Plus d'informations.