La start-up créée par André Borschberg, cofondateur et pilote de l’avion solaire Solar Impulse, vient de lever près de 5 millions de francs. Ces fonds lui permettront de travailler sur un biplace électrique capable de voler durant deux heures.

Issue de Solar Impulse, la société d’aviation électrique Hangar 55 (H55) veut construire l’avion de demain. Pour ce faire, elle vient de finaliser une levée de fonds de 5 millions de francs, dont 3,5 millions auprès du capital-risqueur helvético-américain NanoDimension.

H55 travaille sur l'ensemble de la chaîne de propulsion d'un avion, de la source d'énergie à l'hélice. Grâce à cet important investissement, elle pourra poursuivre le développement de solutions de propulsion électrique et de systèmes de management de batteries dans le domaine de l'aéronautique.

Stratégiquement basée à Sion, H55 bénéficie de la proximité de l'EPFL et de l'aéroport, ainsi que d’une météo favorable à la réalisation d’essais. La start-up est soutenue par la Fondation The Ark et par l’Office fédéral de l'aviation civile.

Selon André Borschberg, cofondateur de H55, la Suisse aura un rôle clé dans la prochaine révolution aérienne : « L’aviation électrique nécessite des compétences que nous maîtrisons en Suisse, un savoir-faire à haute valeur ajoutée. Et nous avons de très bonnes compétences dans la région en matière de drones. Ceci est précieux. Tout ce que nous faisons dans les drones va nous aider à développer les vols autonomes avec passagers », explique-t-il au quotidien économique L’Agefi. H55 travaille actuellement sur un avion électrique qui pourra voler pendant deux heures et pour lequel les premiers tests débuteront cet été. Le futur avion électrique pourrait voir le jour d'ici trois ans.